Phénoménologie


Pascal Nouvel

Intervenants : Nicolas Millet & Pascal Nouvel


Titre du cours 2018-2019 :

Phénoménologie et existence. Une introduction à la phénoménologie, lecture de Etre et temps de Heidegger.


Résumé :

Il s’agira d’introduire à la phénoménologie, à sa méthode et à son histoire, à partir de la lecture et de l’analyse d’une œuvre fondamentale : Etre et temps de M. Heidegger.

On prendra soin de situer le projet heideggerien par rapport à la phénoménologie husserlienne, et à celles, postérieures, de Sartre, de Merleau-Ponty, de Levinas, etc. Pourquoi les découvertes fondamentales qui caractérisent la phénoménologie ouvrent-elles, selon Heidegger, à un renouvellement de la question ontologique ? Pourquoi la phénoménologie doit-elle, toujours selon Heidegger, s’accomplir comme ontologie fondamentale et l’ontologie être seulement possible comme phénoménologie ?

Les réponses à ces questions permettront de bien mesurer la nécessité et le sens de l’invention centrale de Etre et temps : celle du concept de Dasein, à partir duquel se déploie tout le champ d’analyse de l’existence, préalable nécessaire à la question du sens de l’être.

Cette question du sens de l’être comporte une dimension anthropologique (au demeurant très tôt critiquée par Husserl) qui fera l’objet d’une investigation toute particulière. Elle donnera l’occasion de mesurer à la fois la fécondité et les limites philosophiques de ce que Heidegger nomme une « analytique existentiale » qui, décrivant l’être-au-monde de l’homme en vient à penser son rapport à la mort et aux capacités de compréhension et d’interprétation des tonalités affectives qui forment le fond de toute vie humaine.

On montrera que Heidegger reformule en partie, dans le langage de la phénoménologie, certaines des avancées auxquelles la littérature avait su parvenir, avec Marcel Proust notamment (le dernier volume d’A la recherche du temps perdu est publié la même année que Etre et temps, en 1927). L’analyse des rapports réciproques entre comprendre et sentir – entre compréhension et sentiment – est, en effet, un des points communs entre l’histoire de la littérature du début du vingtième siècle et l’histoire de la phénoménologie. Elle anticipe sur certaines avancées de la neurobiologie contemporaine qui, avec Damasio notamment, s’efforce de donner aux « tonalités affectives » la place éminente qui leur revient dans la constitution de l’être des choses.

C’est donc au croisement de la littérature de la science et de la phénoménologie que se situera ce cours introductif.


Bibliographie :
  • Bollnow, O. F., Les tonalités affectives, essai d’anthropologie philosophique (1941 : Das Wesen der Stimmungen), Editions la Baconnière, Genève, 1953.
  • Biemel, W., Le concept de monde chez heidegger (1950), Vrin, Paris, 2015.
  • Damasio, A., L’erreur de Descartes (1994 : Descartes’error), Editions Odile Jacob, Paris, 1995.
  • Heidegger, M., Etre et temps (1927 : Sein und Zeit), tr. fr. E. Martineau, édition numérique hors commerce révisée : http://descartes.site/documents), 2017.
  • Heidegger, M., Prolégomènes à l’histoire du concept de temps (Prolegomena zur Geschichte des Zeitbegriffs : cours de 1925), Gallimard, Paris, 2006.
  • Levinas, E., En découvrant l’existence avec Husserl et Heidegger (1967), Vrin, Paris, 2006.
  • Proust, M., A la recherche du temps perdu (1913-1927), Gallimard, Paris, 1999.
  • Zarader, M., Lire Etre et temps de Heidegger, Vrin, Paris, 2012.

Documents :

M. Heidegger, Etre et temps, traduction Martineau (révisée) : http://descartes.site/documents

Le cours a lieu le xxx de hhh à hhh, salle xxx