Philosophie et psychologie


Pascal Nouvel

Intervenants : Pascal Nouvel


Titre du cours 2018-2019 :

Naissance de la psychologie scientifique et origine de la phénoménologie : période séminale de la philosophie contemporaine


Résumé :

La fin du XIXème siècle est marquée par l’apparition d’une discipline qui entend se détacher de la philosophie dont elle est pourtant issue. On peut prendre comme indice caractéristique de cette évolution, en France, l’œuvre de Théodule Ribot qui, philosophe de formation, s’efforce de revendiquer une place distincte et autonome pour la « psychologie scientifique ». Cette dernière est censée, conformément au canon positiviste, pouvoir désormais s’affranchir de toute hypothèse métaphysique et fonder ses réflexions sur la seule expérience. Ribot, fondateur de la Revue philosophique de la France et de l’étranger, poursuivra l’œuvre à son avis indispensable de mise en place d’une psychologie détachée de la philosophie à travers ses enseignements à La Sorbonne d’abord puis au Collège de France où il sera titulaire de la chaire de Psychologie expérimentale et comparée. Dans le même temps, cependant, un mouvement de pensée inverse fait son apparition en Allemagne avec Husserl. Il revendiquera bientôt le titre de phénoménologie. Il se fonde sur une critique radicale de toute idée d’isolement de la psychologie de ses bases philosophiques. C’est, selon Husserl, parce que la psychologie a cru pouvoir se passer de philosophie (en se déclarant bruyamment scientifique et expérimentale) qu’elle est entrée dans une période de crise dont elle ne peut sortir qu’en retrouvant ses fondements philosophiques. La vraie psychologie devrait donc, toujours selon Husserl, commencer par l’analyse des données fondamentales de la conscience et non se fier à des résultats d’expériences, si sagaces et astucieuses que celles-ci puissent être. Ainsi se dessine le champ d’un débat par lequel la philosophie contemporaine est toujours traversée : la psychologie peut-elle devenir une science structurée par des normes méthodologiques analogues à celles qui structurent les sciences de la nature ou relève-t-elle d’un autre genre de réflexion qui, quel que soit le nom qu’on convient de lui donner, a pour caractéristique de prendre en compte réflexivement celui qui la génère ? Nous analyserons les enjeux et la portée de ce débat ainsi que ses principaux acteurs conceptuels. Cette analyse s’élargira à l’examen de contributions contemporaines de celle de Ribot et de Husserl : Nietzsche, grand lecteur de Ribot, Freud qui, à sa manière, entend renouveler les rapports entre science et psychologie en fondant la psychanalyse, Proust qui, avec les moyens de la littérature, fort bien informé lui aussi des progrès de la psychologie expérimentale, s’efforce d’en reprendre les principales leçons dans son grand roman philosophique A la recherche du temps perdu, etc. On cherchera ainsi à dessiner les contours de la constellation de pensée dont les débats contemporains sur les rapports entre psychologie et philosophie sont issus.


Bibliographie :
  • Binswanger, L., 2016, Phénoménologie, psychologie, psychiatrie: Vrin, 280 p.
  • Bizub, E., 2005, Proust et le moi divisé : la Recherche, creuset de la psychologie expérimentale, 1874-1914: Genève, Librairie Droz.
  • Carraud, V., 2010, L’invention du moi: Paris, Presses Universitaires de France - PUF, 180 p.
  • Collectif, and J.-C. Beaune, 1998, Phénoménologie et psychanalyse. Etranges relations: Seyssel, Champ Vallon Editions, 284 p.
  • Fédida, P., 2005, Phénoménologie, psychiatrie, psychanalyse: Puteaux, Le Cercle Hérméneutique.
  • Frère, B., 2013, La phénoménologie à l’épreuve des sciences humaines: Bruxelles, Peter Lang, 171 p.
  • Freud, S., 2010, Métapsychologie: Paris, Presses Universitaires de France - PUF, 168 p.
  • Haaz, I., 2002, Les conceptions du corps chez Ribot et chez Nietzsche: Paris, Editions L’Harmattan, 198 p.
  • Husserl, E., 2002, Psychologie phénoménologique: Paris, Librairie Philosophique Vrin, 346 p.
  • Husserl, E., 2003, Recherches logique, tome 1 : Prolégomènes à la logique pure: Paris, Presses Universitaires de France - PUF, 298 p.
  • Jaramillo-Mahut, M., 1997, E. Husserl et M. Proust: à la recherche du moi perdu: Paris, France, Editions L’Harmattan, 296 p.
  • Mandressi, R., 2012, Le temps profond et le temps perdu: Revue d’Histoire des Sciences Humaines, no. 25, p. 165–202.
  • Moinat, F., 2011, Le vivant et sa Naturalisation: le probleme du naturalisme en biologie chez Husserl et le jeune Merleau-Ponty: Dordrecht, Springer, 236 p.
  • Natanson, M. A., 1998, The Erotic Bird: Phenomenology in Literature: Princeton University Press Princeton, NJ.
  • Popa, D., 2012, Apparence et réalité : Phénoménologie et psychologie de l’imagination: Hildesheim, Georg Olms.
  • Ricoeur, P., 1995, De l’interprétation: Paris, Seuil, 592 p.
  • Robert, F., 2003, Proust phénoménologue? in Bulletin Marcel-Proust, no. 53, p. 139–154.
  • Ribot, Th. L'hérédité. Étude psychologique, Éd. Germer Baillière, coll. «Bibliothèque de philosophie contemporaine» (1873)

Le cours a lieu le xxx de hhh à hhh, salle xxx